Vous êtes ici

CEVA, la liaison qui gommera l’effet frontière en 2017

Schéma nouvelle ligne ferroviaire et logo CEVA

Ah, Genève et son réseau routier surchargé, ses bonnes odeurs de pollution, ses concerts de klaxons… En même temps, on compte 550 000 déplacements quotidiens autour de la frontière !

A réseau routier tout bouché, alternative écologique à trouver : tadam, voila la ligne CEVA.

Offrir une alternative à la route

Cornavin–Eaux-Vives–Annemasse, de son petit nom CEVA, a pour ambition de révolutionner votre quotidien, à vous, frontalier fatigué de passer des heures dans les bouchons, même au volant de votre chouette voiture de fonction. Parce qu’aujourd’hui, seulement 16% de ces flux sont effectués en transports en commun. Les frontaliers suisses bouderaient-ils l’écologie ? Pas du tout. C’est juste que le réseau de transports en commun actuel n’est pas du tout adapté à ces flux.

Le projet CEVA, c’est celui d’un liaison ferroviaire, en majorité souterraine, donc sans dégradation visuelle et sonore qui reliera Genève à Annemasse pour soulager tout ce trafic. A vous les Genève-Annemasse en 20 mn, avec un train toutes les 10 mn !

Le contexte et les enjeux

Objectif 2017 : à terme, entre Genève et Annemasse, ce sont 230 km de lignes et plus de 40 gares qui seront reliées dans un rayon de 60 km autour de Genève. Ça représente tout de même près d’un million d’habitants répartis sur deux cantons suisses et deux départements de Rhône-Alpes.

Concrètement, la liaison transfrontalière CEVA, c’est 16 km de lignes co-développés par la Suisse (14 km de tronçons de Genève à la frontière) et la France (2 km jusqu’à Annemasse).De nouveaux arrêts crées, un accès à la gare d’Annemasse modernisé et facilité, l’adaptation des réseaux et lignes électriques pour suivre le trafic intensifié…

Les avantages de CEVA pour les frontaliers

  • Gain de temps : 20 minutes pour un Genève Cornavin - Annemasse, avec plus de trajets directs ;
  • Des fréquences augmentées : 1 train toutes les 10 minutes entre Annemasse et Genève Cornavin, 1 train toutes les 30 minutes sur les autres lignes autour d’Annemasse ;
  • Une desserte ferroviaire continue : des lignes interconnectées avec les réseaux nationaux et internationaux (Paris, Berne, Genève Aéroport), des liaisons interrégionales améliorées vers Lausanne, Annecy ou Lyon ;
  • Une offre de transport collectif transfrontalier plus “verte” : désengorgement des routes, lignes souterraines pour un impact écologique et visuel moindre, aménagement d’une voie verte aux abords d’Annemasse, etc.

Terminus des bouchons en 2017, donc ? Sinon, il reste le co-voiturage.

Delphine Santini