Vous êtes ici

Comment réduire ses impôts en Suisse ?

Jeune femme derrière pile de dossiers

Quel dispositif fiscal pour réduire ses impôts en Suisse ?

Haro sur le statut de travailleur étranger : vous n’aurez en général pas à remplir de déclaration d’impôts en Suisse. Au cas où, sachez que les frontaliers ont quand même droit à des réductions. Ne tardez pas, il faut déposer votre demande auprès de l’administration cantonale avant le 31 mars.

2ème et 3ème pilier, qu’est-ce donc ?

Pour réduire ses impôts en Suisse, il y a différents mécanismes “on ne peut plus” suisses. Avec une drôle d’histoire de piliers… Le plus important à retenir étant que ces réductions fiscales tournent autour du système de retraite suisse :

  • Le 2ème pilier permet de réduire ses impôts en Suisse en rachetant des années à votre caisse de retraite.

C’est un système de prévoyance professionnelle obligatoire pour ceux qui travaillent en Suisse. Grâce à ces rachats déductibles de vos impôts, vous pourrez améliorer votre pension de retraite.

  • Le 3ème pilier pour réduire ses impôts en Suisse (A ou B) est en fait un système de la prévoyance individuelle facultative qui améliorera vos revenus à la retraite.

Vous pouvez souscrire le pilier A auprès des banques et des assurances. Les sommes versées sont déductibles des impôts, plafonnées à 6 739 Francs suisses annuels.

Sur le pilier B, les versements sont libres et non plafonnés, et avec un meilleur rendement. Cette option n’est disponible qu’auprès des assurances.

D’autres astuces pour réduire ses impôts sur le revenu en Suisse ?

Vous pouvez aussi déduire vos pensions alimentaires, vos frais de garde d’enfants de moins de 6 ans, vos cotisations CMU et vos frais réels (comme un vrai résident, quoi).

Pour plus de précisions, consultez le site de la Confédération suisse.