Vous êtes ici

Comment déclarer un accident du travail en Suisse ?

Un homme tient un casque anti-bruit

Les accidents du travail et les maladies professionnelles ne sont pas soumis au droit d’option et relèvent obligatoirement du régime d’assurance maladie suisse.

L’assurance accident en Suisse

Elle est obligatoire et l’affiliation se fait par l’employeur. En fonction du domaine d’activité, l’assurance sera souscrite auprès de la Suva ou d'une compagnie d’assurance privée. Elle couvre les frais de santé et de perte de salaire, en cas d’arrêt de travail lié à un accident professionnel, ou non, et en cas de maladie professionnelle. Une rente invalidité et une rente de survivant sont aussi prévues par cette assurance. En cas d’arrêt de travail, les indemnités journalières sont versées dès le troisième jour qui suit l’accident, à concurrence de 80% du salaire.

Comment déclarer un accident du travail ?

Vous devez avertir au plus vite votre employeur qui effectuera les démarches auprès de l’assureur. Il enverra une attestation d’accident du travail (l’équivalent de la feuille Cerfa accident du travail en France) ou fera une déclaration en ligne.
Utilisez la déclaration de sinistre LAA (incapacité de travail supérieure à 3 jours ou en cas de maladie professionnelle et de rechute) ou la déclaration d’accident-bagatelle LLA (incapacité de travail inférieure à 3 jours) selon vos besoins. Si l’employeur refuse de s’occuper des formalités et de signaler l’accident, vous devez vous adresser directement à l’assureur.

Médecine du travail et prévention

L’objectif de la médecine du travail est de prévenir les maladies professionnelles et d’éviter les rechutes d’accident du travail.
Le facteur humain est souvent à l’origine des accidents : stress, fatigue, faim, travail de nuit... Ce n'est pas une pub pour un médicament, mais autant de facteurs à risque ! Et c'est là qu'intervient la division médecine du travail de la Suva. Elle se prononce sur l’aptitude des travailleurs et elle s’assure qu’ils n’aient pas de problèmes de santé aggravants comme des vertiges, ou une baisse de l’acuité auditive.

Sophie Desgain